Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Semaine.

30 Janvier 2011 , Rédigé par M.M.S. Publié dans #Errances philosophiques.

Le lundi, désespéré, il en eut assez, et décida de se tuer au cours de la semaine.

Le mardi, d’aplomb, il fit ses préparatifs, acheta une corde et une chaise.

Le mercredi, inspiré, il écrit une belle lettre d’adieu à ses proches.

Le jeudi, mélancolique, il alla se promener une dernière fois dans ses endroits favoris.

Le vendredi, serein, il médita et pria Dieu, auquel il n’avait plus cru depuis longtemps.

Le samedi, troublé, il commença à douter : et si l’enfer existait vraiment? 

Le dimanche, honteux, le courage et le désespoir lui manquèrent pour se pendre.

Le lundi, plus accablé que jamais, l’homme se leva et décida de continuer à survivre.

     Il avait compris qu’il faisait partie de ces Hommes, nombreux, que leur désespoir maintenait en vie.

Partager cet article

Commenter cet article

Isseu Fall Sylla 07/02/2011 23:51


Je l'ai compris aussi. =)


Sheik Ahmadu 06/02/2011 16:40


Aaah! Que c'est difficile. Toute cette préparation pour rien. Oui désespoir, désespoir. Il est à la "survie" (j'ai bien précisé, survie) ce qu'est l'huile à la machine.
"J'aimerais terminer sur un message d'espoir. Je n'en ai pas. En échange, est-ce que deux messages de désespoir vous iraient?" Cette phrase tant ironique de Woody Allen me faisait rire. Je
comprends mieux sa portée. Cela m'est venu à la lecture de cet article.
Merci Mohamed.