Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et une découverte...

6 Janvier 2011 , Rédigé par M.M.S. Publié dans #Lectures au hasard.

Complainte amoureuse.

 

"Oui dès l'instant que je vous vis

Beauté féroce, vous me plûtes

De l'amour qu'en vos yeux je pris

Sur-le-champ vous vous aperçûtes

Ah! Fallait-il que je vous visse

Fallait-il que vous me plussiez

Qu'ingénument je vous le disse

Qu'avec orgueil vous vous tussiez

Fallait-il que je vous aimasse

Que vous me désespérassiez

Et qu'enfin je m'opiniâtrasse

Et que je vous idolâtrasse

Pour que vous m'assassinassiez."

 

                                                                                                 Alphonse Allais.

 

Je ne sais si ce poème est sublime ou, au contraire, horriblement affreux. Mais j'adore ces deux vers:

"Que vous me désespérassiez

  Et qu'enfin je m'opiniâtrasse..."

Partager cet article

Commenter cet article

Sheik Ahmadu 29/01/2011 02:07


Quand vous m’apparûtes, vous me plûtes et m’épatâtes.
Joyeux passé simple (temps que je vois rarement)! lol


M.M.S. 07/01/2011 22:00


Merci bien de m'avoir accueilli dans votre communauté, Violette. J'espère m'y plaire, découvrir beaucoup de choses, m'amuser, rencontrer, dialoguer, échanger.
Bonne et heureuse année également.
Amitiés.
Mbougar.


Violette Dame mauve 07/01/2011 20:35


Un poème ingénieux dans le temps des verbes.
Bienvenue dans la communauté du terrier des Renards
Bonne année 2011
Amicalement
Violette


Thierry 07/01/2011 00:30


il m'a fallu le lire trois fois pour le comprendre...je le trouve bien, original vu le temps utilisé..le fond est aussi touchant