Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brèves de Concours...

22 Avril 2011 , Rédigé par Mbougar Sarr Publié dans #Solipsismes

Mercredi 20 avril 2011. Concours de l’E.N.S. de Lyon, Jour I. Epreuve de Philosophie.

8h 40 : Un gros monsieur au visage patibulaire, affreux et laid, sans cou avec d’énormes veines, bourru, entre dans la salle allongée, elle-même d’un vert horrible, avec les copies et les épreuves. Il commence à gueuler. Il croit qu’il me fait peur. Il me regarde, sa veine bat fiévreusement à sa tempe. C’est un mélange d’ours et de taureau. Il ne manque que l’écume. Il me fait peur. Il est laid, Dieu me pardonne. Il gueule, menace, prévient, donne les instructions, puis écrit : « composition de philosophie » au tableau. Tout le monde se tait, lit, remplit l’en-tête, fait attention. Il écrit mal, le gros monsieur. Et puis son ventre… Des dames qui l’accompagnent distribuent les copies, les feuilles de brouillon. Les élèves s’excitent, trépignent.  

9h 00 : Les sujets sont distribués. Une clameur s’élève. Je lis : « Les sciences sont-elles une description du monde ? » Dans ma tête, c’est le néant. Ce n’est ni pire, ni mieux que ce que j’attendais. Dans ma tête, c’est le néant, c’est tout.

9h 01 : J’ai relu le sujet quatre fois et demi. Je ne vois rien, pour l’instant. Il y a, écrit en italique en dessous du sujet, ceci : « L’usage de la calculatrice est strictement interdit. » Zut ! Moi qui comptais en faire usage pour parler du positivisme d’Auguste Comte et de l’aleitheia de la Vérité par la Science selon Heidegger. C’est le drame, bien sûr… La clameur n’est pas retombée. Le gros monsieur gueule encore, grogne. L’on se tait. Ca commence. 

Je me rends compte après quelques minutes que je n’ai pas de montre. Mon portable est éteint, comme l’a recommandé en aboyant le gros monsieur. C’est fâcheux. Tant pis. Après 10mn de réflexion intense, j’ai mes premières inspirations. Je me penche sur la feuille, et ne m’en relève pas pendant longtemps. J’écris. Brouillon, puis j’attaque la copie. Ca y est : me voilà lancé dans l’ânerie.

Au bout de deux heures environ, premier abandon : un candidat a « fini ». Je suis encore à mon introduction.

La candidate à ma droite est presque jolie. Elle a une belle robe bleue à motifs de fleurs blanches, qui lui arrive à peine aux genoux. Elle a les cheveux clairs, longs. J’ai vu ses jambes, qu’elle n’a pas laides. Mais c’était le premier regard, qui est toujours accidentel. Je n’en ai pas jeté de second. Je le jure.   

Après 3 heures et demi d’épreuve (je le sais car j’ai regardé la montre d’une surveillante quand elle est passée devant moi, lentement) quelques départs successifs. Je me débats avec Bacon.

J’écris, j’écris.

Quatre heures doivent être passées. Je commence à avoir faim. J’ai oublié que j’avais du chocolat dans ma poche. Mon ventre gargouille. Ma voisine de droite me regarde, je le sens. Je ne la regarde pas. J’écris.

J’ai noté une incohérence dans mon raisonnement. Mais trop tard, je continue. Je balance quelques expressions latines pour amadouer le correcteur. Qui sait ? Il pourrait être séduit…

Beaucoup de candidats sont partis, au bout de cinq heures. Il me reste toute ma troisième partie à faire. Heureusement que j’ai écrit ma conclusion avant même d’avoir introduit.

Est-ce grave si l’on parle un peu de Marx dans ce sujet, docteur ?

Il reste cinq minutes. Je viens de finir. Je décide de ne pas relire, par pure paresse. Il doit bien y avoir quelques fautes. Mais rien de scandaleux, à mon avis.

15h00 : Je rends ma copie. Quinze pages et quatorze lignes où quelques éclairs (je crois avoir en -toute modestie bien sûr- commis un magistral passage sur Hegel et sa conception de l’Histoire) font écho à des abîmes de médiocrité et de misère intellectuelle (J’ai bien travesti la pensée de Max Weber, sans vergogne, effrontément même). Bon. Que le correcteur se débrouille. Ils n’avaient qu’à donner un sujet plus facile.

15h 05 : J’ai faim. 

Partager cet article

Commenter cet article

Isseu Fall Sylla 28/04/2011 22:05


Mais ca ira, courage! On est avec vous! ;-)


M.M.S. 28/04/2011 22:01


Haha! On est d'accord! J'ai failli pleurer...! =)


Isseu Fall Sylla 26/04/2011 17:00


C'est la calculatrice qui me tue! hahaa
En tout cas, je n'ai toujours pas vu pire que le sujet de lettres!!!


M.M.S. 25/04/2011 12:00


Ce courage là frise la folie, Lulu...=) Je crois que je vais commencer à me débiner aussi, surtout que le soleil est toujours au rendez-vous ces temps-ci... L'appel du soleil étant le plus fort, je
ne suis donc pas responsable...
Merci et... merde pour la suite!! =)


Lucie Vecchi 24/04/2011 23:18


Ces petites brèves sont assez croustillantes je dois dire... =) Je note quand même ton courage, ô mon cher Momo, car rester 6 heures pour un tel sujet relève de l'exploit (j'ai préféré me débiner,
mais quoi, il faisait beau dehors alors...) Je m'en vais lire la suite ! ;)