Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ainsi donc...

28 Décembre 2010 , Rédigé par M.M.S. Publié dans #Solipsismes

     Ainsi donc, j’ai cédé à la tentation : je vais tenir un blog.

     Disons tout de suite les choses telles qu’elles sont : Je n’ai décidé de me lancer dans cette entreprise ni pour « partager » quoi que ce soit, n’ayant rien à partager, et étant d’ailleurs trop méchant pour le faire, ni pour guérir de quelque pathologie égocentrique, ne concevant pas l’épanchement intime (et à plus forte raison dans un blog)  comme une thérapie.  

     Ce blog est un espace de débats. Débats parallèles, parfois confondus, avec moi-même d’abord, avec les autres ensuite. La pensée, c’est ainsi que je vois les choses, progresse par bonds successifs dialectiques. Non, il n’y a rien d’hégélien là-dedans. Ce blog est un miroir. J’espère qu’il réfléchira, à tous les sens du verbe. Et qu’il réfléchira bien, avec clarté et précision, avec élégance également, autant dans son fond que dans sa forme, autant dans sa manière de déterminer des objets que dans celle de les traiter.

     Une grande subtilité de notre esprit étant d’être capable de parler de lui-même sans en avoir l’air, et, surtout, de refuser que c’est de lui qu’il parle alors même que l’évidence du fait exclut toute dénégation, il n’est pas la peine que je le cache plus longtemps: ce blog est purement subjectif, donc complètement discutable. Mais c’est le mien. Et « je vous parle éternellement de moi. » Je ne m’interdis point l’exercice de la mauvaise foi. J’adore cela. Et je ne suis pas le seul. Mais la mauvaise foi n’est pas le mensonge. Cherchez la nuance.

     Ainsi donc, j’ai cédé à la tentation : je vais tenir un blog.

Je ne saurai exactement dire comment j’en suis arrivé là. Il y a eu une addition de facteurs. Dieu (auquel je crois, entre parenthèses), sait que je n’aime pas tellement les blogs. Pourquoi en ai-je créé un, dans ce cas? Un peu comme pour tous ceux qui l’ont fait : pour en voir les effets. Je suis très curieux de voir comment je serai dans quelques temps. Vais-je, comme je l’ai souvent lu, « guetter » avec une certaine anxiété les moindres commentaires, au point de les quémander ? En arriverai-je à adopter cette  posture de l’esprit, splendidement romantique car solitaire (évidemment !), se croyant maudit, ou pire, incompris des autres?  Se pourrait-il que ce blog rythme mes palpitations, occupe mes pensées, absorbe mes forces, m’empêche de dormir ? Il ne faut quand même pas pousser : ce n’est qu’un blog. Point une âme. Point un journal intime. Point une vie. Point un espace de lamentations. Juste un blog.

     Je crois finalement que ce qui m’a le plus fortement décidé, c’est le plaisir que je prendrais, d’ici quelques années, à relire un certain nombre de choses que j’y aurai écrites, à me moquer des quelques âneries que j’y aurai tissées à propos de tel sujet ou de tel livre.

     Ainsi donc, pour la dernière fois, j’ai cédé à la tentation : je vais tenir un blog.

     Il parlera de beaucoup de choses. De littérature. De Philosophie. De politique. De l’Afrique. De moi. De moi. De moi. De vous. Non, pas de vous : de moi. Et encore. Ritournelle d’un ego. Simplement, un moi ne se définit que par rapport au monde. Tout seul, il est une voix emportée au loin dans le désert, là-bas, au-delà de l'horizon, sans retour, sans aucun écho, si ce n'est celui de la chaleur portée par le vent sec. « Cogitamus ergo sumus. »

     J’entends d’ici la tempête : « il mendie déjà des commentaires ! Oh, la vilaine ‘’captatio benevolentiae’’ ! Ah, le fourbe, le sournois ! ». Ceux qui le pensent n’ont peut-être pas tort, mais ils n’ont certainement pas raison.  

    Il est 6h 25 mn du matin, et je viens de finir la rédaction du premier billet de ce blog.Quelque chose me dit que c’est le début de la fin.

     Misère de vie.

 

Partager cet article

Commenter cet article

Anonyme voyageuse 16/05/2016 10:40

Lundi 16 mai, quelque part en Bretagne

J'étais dans le public des Étonnants voyageurs ce week-end. Une parmi tant d'autres anonymes. J'étais très proche de vous. A vous toucher. Je n'ai pas lu votre livre. Je ne vous connaissais pas. Je n'avais pas prévu de vous rencontrer. C'est le hasard qui m'a fait entrer dans une salle où vous finissiez un débat. Et j'ai été saisie. Par votre jeunesse. Par votre langue. Par la précision et la sagesse de votre pensée. Par vos mots, vous m'avez redonné espoir. Alors je suis revenue le dimanche. Et cette fois-ci c'était volontaire. J'aurais pu vous parler, vous dire directement ces quelques mots maladroits mais vous savez, la timidité, et puis vous avez déjà vos admirateurs. Dans votre discours, j'ai entendu que vous teniez un blog. La première chose que je fais en rentrant chez moi c'est de le chercher. J'ai lu votre billet d'aujourd'hui qui évoque St-Malo et votre premier texte. C'est très émouvant. Je ne m'attarderai pas car c'est difficile de savoir pourquoi je suis autant touchée par cette rencontre. Je voulais juste vous le dire même si ma voix se perd dans le concert des louanges. Bien que ce blog ne soit qu'un blog, j'ai bien l'intention de le lire attentivement pour poursuivre cette rencontre. Et y percevoir, peut-être - malgré tout - le reflet de votre âme. Qui est belle. Merci d'être vous.

Mbougar 13/06/2016 14:19

Chère Madame, merci pour ce message, qui me touche. Heureux de vous avoir rencontrée sans vous connaître, d'autant plus que c'était au sein de mon espace préféré: la littérature. A bientôt par là.

YERSAN BOJEUR 30/12/2010 12:24


je pense bien que c'est la se trouve la vrai raison de la neutralité de mon blog. "Le Temps".. dans notre situation actuelle, il n'est pas facile d'en trouver; et même si on en trouve, on est
généralement pas dans une bonne posture, on a pas l'esprit assez frai et vif pour faire un travail "potable" comme tu le dis. Mais il semble avoir un instant précis où toutes ces conditions peuvent
être réunies: cette "Aube" dont tu parles. on verra bien ce que ça donnera.


M.Mbougar 28/12/2010 14:24


Merci bien d'être passé, grand! Eh oui, je me suis lancé. J'espère que je pourrais continuer. J'ai envie de faire des choses sur ce blog, mais mon pire ennemi sera le temps, c'est-à-dire moi-même,
finalement. Mais l'on va essayer. Je t'encourage à reprendre le tien: il paraît que ça peut aider.
Merci, et à très bientôt!


YERSAN BOJEUR 28/12/2010 11:10


et ben! tu as ainsi décidé de te créer un blog, tout comme moi il y a près d'un an.cependant j'avais oublié l'existence de ce blog que j'avais crée jusqu'à aujourd'hui.
Cependant tes raisons peuvent-elles me motiver à reprendre les choses où je les avais laissé et ainsi donc continuer la route? je ne sais pas. par contre ce que je sais, c'est que je visiterai ton
blog régulièrement contrairement au mien. bref assez parlé de moi et de mon blog.
je t'avoue dès à présent que j'aime beaucoup lire tes articles, et je pense que je serai fidèle à ton blog vu les thèmes sur lesquels tu entreprend d'écrire. l'Afrique.
j'ai même hâte de les lire.
par contre j'espère juste que tu ne feras pas comme moi qui n'a pas su endosser une responsabilité..bref
je suis à l'écoute..