Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A la Gourmandise...

22 Décembre 2011 , Rédigé par M.M.S. Publié dans #Réflexions rafistolées.

     Je ne veux être hypocrite, je vais aller droit au but : je vous écris parce que je veux me confesser par anticipation et, partant, vous réjouir : oui, je vais vous commettre sans vergogne dès que j’aurai posé un magistral point final à cette lettre. Car bien que j’en aie mangé tout à l’heure, bien que je n’aie pas fondamentalement faim, le goût des gros beignets que j’ai laissés dans la cuisine me torture l’esprit  et l’estomac: il faut –comprenez il faut impérativement, par une raison métaphysique- que j’en remange. Il y va de ma santé spirituelle. Pour cette même essentielle (c’est le cas de le dire !) raison, Madame, souffrez que je me trouve dans l’obligation d’être bref.

    

     Excusez-moi de commencer ainsi, par cet écart de langage à l’endroit de votre majesté, comprenez seulement que je sois excité, énervé, mais que foutez-vous dans une liste de péchés capitaux ?

    

     L’on aura beau me dire ce que l’on voudra, nuancer, atténuer ; l’on aura beau me répéter que par gourmandise, l’on entend moins l’amour de la nourriture que la démesure démente vis-à-vis d’elle ; l’on aura beau me dire que ce qui est prohibé est moins l’affection de la bonne chère que l’excès déraisonnable dans sa consommation ; l’on pourra toujours m’expliquer que se nourrir devient un péché dès lors que ce n’est plus fait par besoin vital, mais juste par envie injustifiée de remplir une panse déjà pleine, il reste que dans la liste, il est écrit gourmandise. Gourmandise.

     

     Mais grand dieux, madame, que fichez-vous là ? Vraiment, vraiment, je ne comprends pas. Et c’est mon cœur qui parle. Et mon ventre aussi, je le reconnais. Qu’êtes-vous, au juste ? Qu’entend-t-on lorsque l’on vous convoque ? Etes-vous cette chose qui fait que devant un gros gâteau, nos yeux brillent ? Etes-vous cette sorte de rage, de désir irrépressible de vengeance (mais contre quoi ?) qui font que l’on en veut à mort à la nourriture qui ne cuit pas assez vite, que l’on sert tard, et à qui l’on promet un sale quart d’heure ? Ou êtes-vous, tout simplement, ces envies nées de nulle part, qui font que l’on mange sans en avoir besoin, juste pour le plaisir de manger ? Est-ce à ce plaisir-là que vous vous rattachez ? Ce serait cruel, Sire…

    

     Vous rendez-vous compte que les envies, en matière de nourriture, sont souvent injustifiées, que la panse fût déjà remplie ou non ? Vous rendez-vous compte du nombre de personnes que vous condamnez chaque jour ? Et surtout, vous rendez-vous compte du nombre de femmes que vous condamnez ? Car qu’on se le dise, vous êtes un péché bien féminin, cela est connu, et ce ne sont pas les possibles plaintes que je risque de recevoir après ce billet qui me feront changer d’avis.  

    

     Il faut donc, il le faut pour notre salut, s’en prendre à la langue française, et à son affligeante pauvreté. Vous êtes une erreur lexicale, je ne vois pas autre chose. Il faut que vous soyez une erreur lexicale, sinon nous sommes fichus. Que cette langue n’a-t-elle pas plutôt appelé ce péché gloutonnerie ou, je ne sais pas moi, goinfrerie ? Mais gourmandise ! Le plaisir que l’on prend à manger ce qui nous semble bon, indépendamment de l’état de notre panse ! Ah, Diable !

 

     L’anglais, lui, à trouvé la solution : là-bas, vous êtes gluttony, et non greed. J’aime l’Angleterre, ce soir.

    

    Je suis désolé, mais vous l’aurez compris, je ne puis me résoudre à vous prendre au sérieux comme péché. Vous êtes trop belle pour en être, ou alors, vous êtes le plus beau des péchés : nous -les femmes en tête- vous commettrons jusqu’à la toute fin. Quant aux gloutons, qu’ils crèvent. Eux, commettent l’ultime péché à l’égard de la nourriture : ils ne la respectent pas, ne cherchent pas à en éprouver ni même à en déceler les saveurs, les nuances, les compositions, les textures, les raffinements visuels, olfactifs, gustatifs. Ils ne sont point esthètes. Pour cela, je leur en veux à mort. Qu’ils s’étranglent et s’étouffent et s’abattent à la renverse.

    

     La vraie gourmandise, votre vraie nature, madame, c’est de savoir que manger est un art, où tous les sens sont convoqués, pour le plaisir.

    

     Sur ces paroles d’une profondeur vertigineuse que je ne suis moi-même pas sûr de comprendre, vu mon état, je vous laisse.  

 

     Je vous embrasse, je vous embrasse, mille beignets, pardon, baisers.

 

      

     Mbougar.

Partager cet article

Commenter cet article

Laurine 24/12/2011 12:31

J'ai gagné le prix d'orthographe...cela m'apprendra à me relire...

Laurine 24/12/2011 12:17

Hihi, "quant aux gloutons, qu'ils crèvent (...)qu'ils s'étranglent et s'étouffent et s'abattent à la renverse" quel force d'écriture !
" La vraie gourmandise, votre vraie nature, madame, c’est de savoir que manger est un art, où tous les sens sont convoqués, pour le plaisir."
et cette chute à croquer par gourmandise :"Je vous embrasse, je vous embrasse, mille beignets, pardon, baisers"...:-) voilà que maintenant j'ai faim de plus de mots et de sourires typographiés !
Très belle interpellation à Dame Gourmandise à qui je rend mes hommages mais bien plutôt pour le chocolat noir...(pesants, les beignets, tout de même, dans la panse !)

M.M.S. 24/12/2011 15:57



Le chocolat noir, hein...^^ Voilà donc ton péché "mignon"... Tous les gourmands, avec moi! Merci... =)



Y£RS@N 22/12/2011 11:55

"un péché bien féminin", "le plus beau des péchés"...voici mes passages préféré... c'est bien dommage que la gourmandise ne soit plus en moi... Il m'arrive parfois d'apparaître comme un simple
glouton, enfin je crois. Ce qui est sur, ce n'est point de la gourmandise....

M.M.S. 23/12/2011 09:33



Mdr... Alors, très cher, tu es un pécheur capital! Sois gourmand, et non plus simple glouton!!!



Sheik Ahmadu 22/12/2011 04:12

"Je vous embrasse, je vous embrasse, mille beignets, pardon, baisers." Ahhaha! J'ai senti ce coup dès le début... Quelle subtilité grand !
"La vraie gourmandise, votre vraie nature, madame, c'est de savoir que manger est un art..." On notera dans ce monde alors, de vrais artistes, à l'état pur... Mdrrr

En outre, il a fallu que je sois en train de rédiger un truc pour être (je l'espère bien) le premier à lire ce merveilleux billet. Je note celui-là, 18/20 ! Bien sûr, c'est personnel !
Alors grand, je t'ai à l'oeil ! Tu ne dois que mettre la barre plus haute après ce billet !

Quelles "mbougareries"...! Ah celui-là !

M.M.S. 23/12/2011 09:39



Mdr... Le "coup" était visible de loin, oui... Comme chute! Je me réclame, du reste, de l'appartenance à cette race seigneuriale d'artistes! Toi-même ne dois pas y être étranger. Entre nous, on
se reconnaît... mdr... C'est inscrit dans la forme de ta mâchoire... lol... 


Grand tu me mets la pression! Celui-là était assez ironique, mais les péchés suivants exigeront sans doute un peu plus de... tenue, mettons. ^^ On verra... 


Merci en tout cas! En attendant lire très vite le fruit succulent de tes terribles (l'épithète sied!) réflexions, je te passe mes amitiés...!