Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

William, Kate et Oussama.

3 Mai 2011 , Rédigé par M.M.S. Publié dans #Solipsismes

     William et Kate se sont mariés. Ben Laden est mort.

   J’ai cru comprendre que les deux événements étaient, premièrement, historiques ; deuxièmement, heureux, et qu’il fallait s’en réjouir. Au risque de passer pour un insensible, rabat-joie et abominable petit homme, je dois dire que je n’ai pas ressenti grand-chose. Que dalle même. Je suis un monstre. Totalement assumé.

     Que les deux tourtereaux de la famille royale britannique, dont je me fiche complètement du mariage et de l’idylle, et je ne crois pas être le seul (je l’espère en tout cas, sinon ce monde me ferait encore une fois peur), soient heureux. C’est le moins (en ce qui me concerne, la seule chose) que l’on puisse leur souhaiter.  

    Quant à Ben Laden, je ne vois pas ce que sa mort change fondamentalement à la face d’un monde qui avait progressivement appris à vivre sans lui. Car quoi que l’on dise, sa retraite, et la traque féroce dont il a fait l’objet pendant dix ans ont dû considérablement réduire son champ d’action. Ce n’est pas le terrorisme que l’on a tué, simplement une de ses figures de proues. Il y en a d’autres. Al-Qaïda n’est pas mort, et je crains, en espérant me tromper, qu’il ne devienne plus dangereux après la mort de celui qui, finalement, l’encombrait et l’alourdissait peut-être de sa présence (présence-absence!). La vigilance me semble plus de mise qu’une euphorie s’éternisant. Evidemment, les familles des quelques trois mille victimes des attentats du 11 septembre 2001 doivent se sentir heureuses, soulagées par cette mort et, peut-être, vengées. C’est légitime. C’est compréhensible. C’est là l’expression, sans doute, d’une justice, et d’un pas de plus vers la liberté. Mais pour moi, cela s’arrête là : je ne serai pas hypocrite au point de dire que la mort de Ben Laden me touche plus que cela.

     Le savoureux mot d’un ancien président de la République, français, me semble ici, pour vous dire mon sentiment à l'égard de tout ceci, approprié : « Ca m’en touche l’une sans faire bouger l’autre. » Ca m’en touche quand même l’une. Quand même…  

     William et Kate se sont mariés. Ben Laden est mort. Moi, je dors car un certain concours m’a fatigué.

   A vrai dire, au sujet de ces deux événements, il y a depuis hier, et sans ironie,  deux questions existentielles que je me pose :

1) Que pense Lady Diana, du fond de sa tombe, de Kate : la trouve-t-elle plus ou moins belle qu’elle-même ? En d’autres termes, la concurrence, la jalousie et la mesquinerie inter féminines, bien connues, continuent-elles à faire rage outre-tombe ?

2) Qui dois-je féliciter : Ben Laden pour avoir réussi à se cacher si longtemps sur cette planète si grande, ou les américains pour avoir réussi à débusquer ce champion du cache-cache (que le monde est petit quand on est américain !) ?        

Voir les commentaires