Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rituel du plaisir

15 Septembre 2015 , Rédigé par Mbougar

Elle est là, au milieu de la nuit, nue et lisse, propre et prête. C’est à vous de lui embraser les sens. Elle vous attend.

Tout commence par le jeu des mains. Ne sous-estimez pas leur importance : c’est parce qu’il est le plus intelligent des êtres que l’homme a des mains. Aristote l’a dit. Alors méritez votre intelligence, soyez en digne : usez bien de vos mains. Ne l’empoignez pas sans délicatesse ; évertuez-vous d’abord à la sentir, à en épouser les formes, à en éprouver la texture, la longueur, la robustesse. Prenez-votre temps surtout, pour toucher, humer, palper, peser, soupeser. Procédez à un éloge de la lenteur, et méprisez férocement la tristesse générale de cette époque hâtive et précoce, qui expédie –ô criminelle tendance- le plaisir sans rien savoir de ses secrètes beautés.

Ce que l’on tient aujourd’hui pour le plaisir n’est que la vulgaire, incomplète et furtive sensation que la pauvreté de leurs empressements offre aux Hommes de ce temps maudit. Nous avions jadis d’authentiques hédonistes ; nous n’avons guère plus que des jouisseurs sans âme, de pauvres sybarites, plus préoccupés de l’acte et de ses immédiats, artificiels effets, que de sa qualité quintessentielle. On se précipite à l’acte sans le penser ; on en effectue le geste sans l’aimer vraiment ; on sacrifie son intensité à la bestialité, sa profondeur à sa rapidité. Or, mais c’est une évidence inconnue de nos sociétés, le plaisir absolu n’est jamais dans l’acte, sauf à en admettre alors l’infinie faiblesse. Non : le plaisir véritable et pur, intense et puissant, est dans le désir, le fantasme, l’attente, l’écoute. Refusez jusqu’à l’insoutenable stade de découvrir un secret : il s’ouvrira naturellement à vous, et il n’y a rien de plus beau. Plus qu’une nature, la volupté est un art : celui de savoir oublier le temps. De le laisser glisser sur vous.

Laissez-la venir à vous, vous appeler. Caressez-la. Tantôt du bout des doigts, tantôt à pleines mains, jamais sans finesse. Laissez-la peu à peu prendre vie, sentir qu’elle est aimée, désirée, voulue. Il doit s’agir d’une rencontre, elle doit venir à vous, en sorte que l’acte soit un partage. Faites-la jouer entre vos doigts, feignez de vous en détourner quelques instants, revenez-y, repartez, réglez l’intensité de vos caresses. Et de votre désir. Surtout, ne cédez pas brusquement : le charme serait rompu. Ne vous jetez pas goulûment sur elle, vous gâcheriez tout. Vous êtes le maître du temps. Vous décidez.

Redécouvrez les courbures que vous croyiez connaître. Parcourez encore le tracé généreux de ces gibbosités, et ayez l’humilité d’admettre qu’elles se sont réinventées, qu’avec le temps elles sont plus belles, que vous êtes devant elles comme un néophyte. Souriez. Pas un sourire carnassier, non plus qu’un sourire vengeur : ce qui va s’ouvrir bientôt entre vous n’est pas une lutte, mais un pur acte d’amour. Ne l’oubliez jamais : l’objectif n’est pas de faire crier « grâce !» mais, entre les flammes du plaisir, de faire murmurer : « merci ».

Ca y est. Vous sentez que c’est le moment : sous vos mains elle s’embrase déjà alors que vous n’avez pas encore allumé le feu. Elle frémit, elle tressaille. Vous aussi. Attendez encore quelques instants, jusqu’à n’en plus pouvoir, au point de croire que vous êtes au bord de l’explosion. Fermez les yeux, approchez-la de vos lèvres. Son odeur vous envahit. Ivresse. Prenez la en bouche, fermement mais sans brutalité. Faites attention à ne pas trop mettre les dents. Le contact, enfin. C’est le meilleur moment.

Puis, puis Madame, Monsieur, avec une douceur dont vous ne vous imaginiez pas capable, mettez-y le feu. Inspirez. Soufflez tendrement. Recommencez. Deux, trois, quatre fois. Elle rougeoie. Les brindilles bruissent. La pipe est allumée. N’ouvrez pas les yeux. La première bouffée doit donner le ton.

Le reste vous appartient. Plaisir du rituel.

Partager cet article

Commenter cet article

MC 12/10/2015 15:49

Mdr! Je me disais que ça ne faisait certainement pas allusion à ce vers quoi mon esprit tendait... Mais finalement si. Plaisir du rituel... rituel du plaisir...

S 16/09/2015 21:23

I feel so dirty minded now :-|