Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cortège heureux (23)

12 Janvier 2015 , Rédigé par Mbougar

Xar been dikk fu tadik é nu ken bind’ang.

Maam,

Anda tim ken la kang na adna fé ké.

Adna fa andona yé ma u kin a yoko na a nané ndetarr a xona, saté fa na xay a doxel, wina na way a mbarr ra, a ngass ra. U ñiss jara té tuss; to anda koy, ké modja xama dom ten, ten refé mu deet o na, winé na mbarr ra a njega ka da ngim na, ka tax na da mbog é ké da mbi ya Roog taxun, wala Jamm taxun. Nda a refa nga yé u Kiin’u ga o na a jega ka tax na u roka na ñox, wara u kend of, u pog of, bo ta jara nong u xona wo fa xoxof, wala u wara u bengé xé u ñoxor ta, an na la ko xam ma Ndigîl a ref na?

Na gam u jega bis ka ando na yé, in na nga yifa yé u Kiin refum kan sedda bo bugu xon. Yam a refa nga yé win wé, win wé andona yé deno layu yé den modju mbax keen a ñowa méké, mad u yonga a baxa fo’oy, xa xo lé deen a jariña den? Xa kam fé den a wagana den? Xa lôl som na yokat’a xam in ga a nga yé ndiki, Xo lé na taxat’a da mbarr ra. U Kiin a reta nga ba wecc é u kin a ref, mumel ké sax ndaxûn, a môjin; a réta nga ba wecc ké fokatun’a fu win lakass wé, jegga té ka tax na la yé u kin o. Ken layang koy, anda num, ka nand ta mbaxir na xup na; andamé adna fé neen som a mossu nand, to win é, naa faak, mbarir na den a fogu: nda kôy, Maam, and taga taxé in mad u gim a yé refu Kiin ten ref and ké u ñis a jara. Fat in jalel bo u fet koy. Wé na n’jala ké da mbiya moju yoob na adna fé… …

In ndéta bo ma ando na yé u send a woraté. U mofa nga in mbindof sax, a ñox a sobidong. Xa I mbaru mbi yé? Fat I ñoxor, nda a ñox é in né a né baxa fo’oy: fat I ñoxor fu Xoox lé. Ké I ngawlo xa, ba ref ké tax na I ndef leng. Yam leng som I ndef: Win I ndef, to taga som I n’jegu. Ké na jaxass a in, a godatir’a in, a maya, nda ba u moss u mbeccé ti ya ga fop a xupa nga ké na fokata in, ref u Kiin tekta té mayu. Guim u Kin bala u Guim a lakass (Roog fa xoxum sax, sadari num u lay, yam guim a Roog, ten ref guim u Kiin), tag a som wagat u fokat’a in.

Guim a ma guim é wetand win é taga a wa fax. Yam ka nand ta ka yob na, ka fop a and, ka ando na yé jarè layel, nda taga som koy jaru layel. Ké yox na teen, win é mbagun u mbi. U leng wagaté mof in mbindum, in sate um, a tima, a fog é ken a xewa, in pin lakass ké, in saté lakas ké, som a xew ka. Do-dofir ké na adna fé in o fop a cuxa, fañu dof koy, ten ref inoox, ñajj, xet kin fu yif lé wo.

Taga som bug ong u lay xé. Dimlé am nu ken fiya, bo ku ta wag na ref rek, a jàg.

Dil wa xong a paax,

Boy.

Texte 23

Chère Grand-mère,

Je ne sais plus que te dire de ce monde, où chaque jour charrie son lot de morts, de nouvelles macabres, de villes brûlées, de crimes, de meurtres, de disputes. Il semblerait que la vie et la dignité humaines n’aient plus aucune valeur. Et le plus tragique dans tout cela est qu’où que l’on porte son regard, chaque homme qui se bat et tue son prochain a des raisons auxquelles il croit –Dieu, et même la Paix-, et qui justifient qu’il supprime la vie des autres et de leurs enfants, voire donne la sienne propre. Mais si chacun a ses raisons, où est la Vérité ?

Il m’arrive aujourd’hui d’avoir honte à en mourir d’être un Homme. Car si c’est sans cesse verser le sang qu’être un Homme, être ce qu’il y a, suppose-t-on, de plus intelligent, de plus évolué sur cette terre, à quoi sert-il d’avoir une Raison, une Âme ? Mais aussitôt cette question est-elle posée qu’une dramatique réponse se dessine : c’est au nom de la Raison même, désormais, que les crimes sont commis…

Les bêtes n’ont rien à envier à un Homme qui oublie son être-homme ; ils sont meilleurs et plus beaux que lui. L’oubli de l’Humanité, de l’Humanité qui fonde et lie, ne permet plus aucune prétention, aucun orgueil, aucune singularité, aucune beauté humaine. Je n’ignore pas que tout ce que je te dis passe aujourd’hui pour un tiède humanisme au mieux, pour une coupable naïveté au pire. La violence, depuis toujours, semble inscrite au cœur des Hommes. Ce n’est pas une raison, cependant, pour se résigner à la dévalorisation, à la banalisation de la Vie. Que les cyniques rient ; ce qu’ils font est ce qu’il y a de plus facile aujourd’hui.

Il n’y a plus de retraite ici-bas. On hait désormais plus que jamais, plus que quiconque, les pacifistes. Mais puisqu’aucun pacifisme n’est plus possible, il faut faire en sorte que cette situation ne soit que provisoire. Pacifiste, il faut pourtant se battre pour le pacifisme ; c’est la grande équation de ce temps. Mais il s’agit de se battre sans sang, avec notre seule spiritualité. Elle seule peut prendre en chasse et tuer ce qui nous divise. Nous sommes et n’avons que l’Humanité. De nombreuses choses nous séparent, nous éloignent certes ; l’essentiel cependant est de ne jamais perdre de vue ce qui nous lie. Si l’oubli du fondement prévaut, vivre ne signifie plus grand-chose. En revenir à l’Homme, à la Foi en l’Homme. C’est la seule Foi nécessaire, devant même –j’ose le dire- la Foi en Dieu, absurde sans la Foi en l’amour de l’Homme.

Je crois qu’il faut rappeler cette évidence aux Hommes. Car au fond, bien qu’elle semble banale, connue, élémentaire, il n’y a qu’elle qui mérite d’être toujours, inlassablement rappelée puisqu'elle semble être celle qu'on oublie le plus aisément. Le reste est la responsabilité de chacun. Par la dramatique force des choses, plus personne ne peut plus se réfugier chez soi, dans son pays, dans sa conscience même, à se taire, en pensant que la fureur du monde l’épargnera miraculeusement. La fureur est à toutes les portes ; et plutôt que d’attendre qu’elle entre –car elle entrera- allons à sa rencontre, et armons plus que de simple raison : armons-nous d’Esprit.

C’est ce que je voulais te dire, grand-mère. Eclaire-moi, pour que chacune de mes actions soit la plus juste possible.

Tu me manques beaucoup,

Boy.

Partager cet article

Commenter cet article

Kitzy 16/04/2015 19:13

Bravo et dioko ndial pour ce texte en sérère! Magnifique

electricite paris 4 02/02/2015 02:57

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Cheikh SARR 12/01/2015 14:59

Bien écrit !