Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cortège heureux (9)

8 Décembre 2014 , Rédigé par Mbougar

Jour 9

Les jumeaux Souhaïbou et Cheikh, mes deux plus jeunes frères, ont été les derniers à profiter du talent de matrone de grand-mère. Son dernier grand-séjour chez nous leur était en partie dédié : elle venait aider ma mère à s’occuper des deux chenapans.

Je n’ai pas gardé beaucoup de souvenirs de cette période : je l’ai trop peu vécue, j’ai trop peu été là lorsque mes jeunes frères étaient introduits à la vie par grand-mère. Mais des quelques semaines que j’en ai vécues, je garde les images d’une grand-mère tendre et attentionnée, bien que les deux garnements lui fissent des misères. Elle les observait grandir, notait les traits encore fragiles de leur caractère, qui s’affirmait. « Cheikh a plus de malice mais Souhaïbou est plus fort physiquement », notait-elle d’un air pénétré et convaincu. Et je revois encore les enfants se chamaillant avec elle, lui arrachant son mouchoir de tête avant de fuir, la taquinant inlassablement ; et je la vois qui se bat –au sens propre- contre l’un d’eux (ou les deux), qui se protège, qui menace, qui crie, jure, profère de terribles malédictions (nu njeeng ké jaam ! ka nu boow ! Vous n’aurez pas la paix ! Vous êtes impolis !) aux deux enfants qui s’en amusaient.

D’une certaine manière, se vérifiait dans ces scènes cocasses et tendres cette affirmation, selon laquelle il n’y pas de grande différence entre les personnes âgées et les enfants : ce sont deux extrémités d’une seule ligne ; extrémités où règnent l’insouciance, la facilité à oublier, la susceptibilité, une extrême gentillesse, l’innocence. Grand-mère a été, bien souvent à son corps défendant, la partenaire de jeux de Souhaïbou et Cheikh ; elle a été leur première éducatrice, leur matrone, leur nounou, leur berceuse. J’espère qu’ils s’en souviendront.

Partager cet article

Commenter cet article

khadir 08/12/2014 21:46

Merci Mbougar, de partager ces moments intimes qui réveillent des souvenirs similaires à tout lecteur. On a presque tous eu cette grand-mère et vécut en partie des moments qui ressemblent à ceux là que tu relates avec beaucoup de talent et de justesse.
J'embarque dans ce cortège pour 40 jours en portant comme bagages mes sincères condoléances. Je partage ta douleur.