Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le cortège heureux (17)

25 Décembre 2014 , Rédigé par Mbougar

Chère grand-mère,

J’espère que tu n’as pas trop froid ce soir, là-haut, et que Dieu a quand même mis un peu plus de chauffage pour l’anniversaire de son Fils. Comment va-t-il, d’ailleurs, lui ? Dis-lui qu’ici-bas, on le fête sans plus trop l’écouter, le célèbre sans vraiment plus le comprendre. Essaie de le convaincre de redescendre, et de ramener avec lui la ligue de tous les prophètes. Avec ce qui l’attend ici, il aura besoin de toutes les forces vives du paradis. Et même de l’enfer sans doute, qui doit être une cour de récréation par rapport à ce qui se passe par ici. Je crois, en fait, qu’il serait plus sage de ne rien lui dire ; il a déjà assez souffert pour les autres comme ça ; qu’il profite de son jour et soit égoïste, pour une fois.

Baba et Serigne bi sont avec moi ce soir. Nous pensons bien à toi, et aurions aimé, en ce jour, te voir mettre tes plus beaux habits pour la messe. On n’a pas pu faire de saaç comme tu aimes, on a donc mangé ce qu’on a pu. Au moment où je t’écris, nous nous apprêtons à passer à la glace Haagen Dazs. Je ne suis pas certain que tu aurais vraiment aimé… Maman se remet peu à peu. Je sens dans chaque mot qu’elle prononce ta présence, ton souvenir. Elle semble fragile, mais je sais que c’est une femme forte, et papa la soutient bien. Il lui faut du temps. N’oublie pas, parfois, de lui rendre visite, la nuit. Cela lui fera plaisir, je crois.

Ton cortège grossit de jour en jour. Beaucoup, qui ne te connaissaient pas, en ont intégré les longues files joyeuses. L’entends-tu, heureux et bruyant, qui marche derrière toi et refuse que ta dernière marche soit triste et sombre ? Nous prenons parfois quelques jours de retard, mais j’espère que tu ne nous en veux pas. Nous faisons de notre mieux, et ne désespérons pas, fol espoir, de te rattraper. Cela me remplit de bonheur, en tout cas, de te voir si alerte, si vivante.

Joyeux Noël grand-mère, je ne veux pas trop te retarder. J’entends Dieu qui t’appelle. Qu’avez-vous au menu ce soir ? Raconte-moi tout ça quand tu auras un peu de temps…

J’allais oublier de te dire : j’ai publié un livre hier, mon premier roman. Tu figures en bonne place, sur la liste des dédicataires. J’espère que tu es fière de moi, à défaut de pouvoir le lire : c’est écrit en paragnessé, en effet, hélas pour toi. Mais je te l’aurais volontiers traduit en sereer.

Voilà, grand-mère. Cette fois, je te laisse, file. N’oublie pas de prendre un selfie avec la star du jour, et de me l’envoyer. Mais si, tu sais comment faire. Ou sinon, demande à Dieu de te montrer : il sait tout, Lui.

Je t’embrasse. Tu nous manques beaucoup,

Boy.

Partager cet article

Commenter cet article

jean jacaques 27/12/2014 18:29

C'est quelque chose que je qualifierais de merveilleux sans plus... Non, sublime, ou un peu moins... Tu sais quoi? tu suscites tout simplement l'admiration...

rima 27/12/2014 01:31

Slt mbougar pourrai je vous poser une question ?

rima 28/12/2014 17:50

Opps excuses moi . Je voulais dire bizarre

rima 28/12/2014 17:48

Bizzare au temps pour moi

rima 28/12/2014 17:41

La citatioo ci après m'a paru bizzarre et plein de sens je voudrai en connaitre la signification : le prophéte est l'anti-matière dépêchée par excellence auprés de la matière . Merci d'avance

Mbougar 27/12/2014 02:34

Bonsoir Rima. Bien entendu, je vous écoute.

Oumar 25/12/2014 15:58

Bon à lire avec Ed Sheeran - I see fire. Beaucoup d'émotions, joie sans doute.