Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brèves de Mondial #6: Tirade sur le désastre de Belo Horizonte

9 Juillet 2014 , Rédigé par Mbougar

Humiliation ? C’est court, journalistes.

Trouvons d’autres mots, pour ce Brésil à la dérive

En variant les tons, l’on pouvait en faire une liste

Tenez donc, énumération non-exhaustive :

Agressif : Ces brésiliennes, fallait qu’on les cogne

C’était du foot, pas une passe au bois de Boulogne !

Amical : N’accablez pas ces sympathiques types

On l’aime, cette tunique dorée, on l’aime, cette équipe.

Descriptif : C’est un désastre sans nom dans la langue

Que dis-je, c’est un désastre ?… C’est un complet gang-bang !

Curieux : De quoi servent ces messieurs en chaussons ?

De joueurs, de piquets ou de chair à canon ?

Gracieux : Ils ont la débâcle si délicate

Que tandis qu’on les tue, ils soupirent, écarlates.

Truculent : Ca, Messieurs, lorsque vous dormirez

Vous rêverez de teutons, et vous ternirez

Prévenant : Gardez-vous, mes pauvres brésiliens

De rire. Tirez la tronche, comme des franciliens.

Tendre : Il faudrait qu’on vous masse vos petits derrières

Tant rudoyés hier par ces jolis blonds fiers

Pédant : L’animal seul nommé ramphorhynchus

Eût pu d’un coup d’aile les suppléer, par Bacchus !

Cavalier : When can their defeat’s glory fade

Oh! Oh! The wild charge those terrific Germans made!

Emphatique : Aucune chute, ö brésiliens très grands.

N’égalera la vôtre, excepté celle des glands.

Dramatique : c’est la mer rouge quand ainsi saignent

Tous ces cœurs, tous ces anus, où la tristesse règne

Admiratif : Saluons le noble Felipao

Défait, mais digne comme un calao, ou un paon (Brésilisez Felipao en Felipaon, pour la rime)

Lyrique : Vous étiez jeunes, vous pensiez à l’Amour

Hélas, Tomas Müller est loin d’être Aznavour

Naïf : Comment, chéri, vont-ils pouvoir tenir

Si ce bel entraînement ne veut pas à finir ?

Respectueux : Souffrez, messieurs, qu’on vous salue

C’est bien ce qu’on appellerait être à la rue.

Campagnard : Ngor joggante bi mel na ni sauce

Waxati ko dal, neex na ni ap doru Kroos. (prenez l’accent sereer)

Militaire : Au gnouf ceux-là qui font des lazzis

En faisant des victorieux teutons des nazis !

Pratique : Envoyez vite « Chiale » au 66

Et gagnez peut-être une larme de David Luiz !

Voilà, Messieurs, ce que vous auriez pu dire

Si vous aviez eu un peu l’art d’écrire.

Que soient ici remerciés Messieurs Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Daniel Sorano, Gérard Depardieu, Aimé Césaire et Alfred Tennyson pour leur inestimable contribution à ce travail.

Partager cet article

Commenter cet article