Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Brèves du Mondial #1

13 Juin 2014 , Rédigé par Mbougar

Matteo Kovacic a été discret. Il eût fallu qu’il soit plus libéré pour que le triangle qu’il forme avec Modric et Rakitic exprimât tout son talent. Ces derniers ont tenu leur rang : disponibles, ils ont inlassablement organisé et dicté le jeu lorsque la Croatie avait le ballon. J’ai senti leur volonté de se trouver, de redoubler les passes : de bon augure pour la suite. Rakitic a été l’élément décisif sur le but croate : fixer Paulinho, attendre que l’espace se crée à gauche et qu’Olic l’occupe alors qu’Alves était monté, puis effectuer le décalage au bon moment –c’est-à-dire au moment le plus risqué : une demi-seconde de plus et sa passe était interceptée-, tout cela avec calme et maîtrise, est admirable. Le retard de Thiago Silva et celui de Luiz Gustavo ont été provoqués dès le départ par sa justesse technique. Ce type a du talent. A côté, Modric a été égal à lui-même, je ne rajouterai rien à ce que j’ai écrit à son propos il y a quelques jours. J’ai été surpris, néanmoins, que Kovacic ait joué plus haut que ces deux compères du milieu. Je pense qu’avec ces profils de milieux, polyvalents et techniques, le mieux aurait peut-être été de leur accorder une totale liberté de permuter, d’ajuster à leur guise leurs déplacements et automatismes : ils ont l’intelligence tactique et la finesse technique pour eux. Kovacic, à l’Inter, part de plus loin ; il peut-être été un peu plus gêné de se trouver systématiquement dans des zones plus exposées.

Ceci dit, je n’ai pas été déçu, et maintiens que techniquement, ce milieu de terrain est l’un des plus fiers de ce tournoi. L’Espagne seule, me semble-t-il, et en attendant de voir les autres équipes, peut se targuer de faire mieux.

*

Les faits de jeu sont ce qu’ils sont : une dimension à part entière de la tragique beauté du football. Une fois qu’on les a relevés, qu’on s’est accordé sur leur injustice et leur cruauté, que la passion, après avoir giclé, s’est rassise, il faut simplement les accepter, avec leur part obscure.

*

Alors, oui, le penalty est sévère. Oui il y avait une charge illicite sur Rakitic, je crois, sur le troisième but brésilien, au moment où Ramires tacle pour récupérer le ballon. Et non : le but refusé aux croates n’était pas injuste : il me semble qu’il y avait bien une petite faute d’Olic sur Julio César.

Certaines décisions étaient injustes, mais enfin, rien n’est juste ici bas. Ou du moins, cela dépend toujours du bord où l’on se trouve. Faut-il rappeler Pascal ? « Plaisante justice, etc. »

*

Mais d’un autre côté, je hais les supporters mous, droits, justes, qui reconnaissent que les certaines décisions ont injustement favorisé leur équipe. Tout supporter doit être de mauvaise foi. La passion au football est fade sans la mauvaise foi qui doit l’accompagner. Il faut pendre les supporters brésiliens qui disent qu’il n’y avait, en effet, pas penalty. « Bien sûr que si, il y en avait un ! Et même que le défenseur devait être exclu, c’était le dernier défenseur ! » doivent-ils dire, et en y croyant.

*

Quel gardien croate de merde, quand même. Josip Broz, reviens, ils deviennent des mauviettes par ici!

*

La victoire du Brésil, pour être honnête, n’est pas scandaleuse à mes yeux, finalement. Ils ont poussé lorsqu’il le fallait, ont provoqué les décisions en leur faveur et, surtout, ont converti les occasions qu’ils ont eue. En face, la Croatie pouvait revenir, mais a manqué ses chances. On ne le répétera jamais assez, c’est souvent là que se trouve la différence entre les équipes. Le Brésil n’a pas été meilleur, il a été plus cynique et tueur, tout simplement. Il m’a donné l’impression d’une équipe qui va progressivement gagner en puissance, type France 2006. Cependant, ma fibre romantique et assoiffée de drames me fait davantage supporter la Croatie après cette défaite. Leur confrontation face au Mexique sera décisive. Le Cameroun ? Ils ont décollé de Yaoundé, déjà ?

Partager cet article

Commenter cet article